Conférence d’intercession enfantine ICIC en Inde 2007

 

Du 3 au 6 août 2007 nous avons pu participer en famille et avec deux membres de notre église de maison à la Conférence de prière enfantine à Chennai (Inde).

Je me tenais à genoux sur le sol pendant qu’environ 40 petites jeunes filles se serraient autour de moi pour poser leur main sur ma tête, ou au moins sur mes épaules. Je les entendais toutes prier
dans leur langue, comme de petites mitrailleuses, sans s’arrêter et avec une force telle que je ne peux que souhaiter pour moi-même. Entre-temps il y avait des phrases en anglais qui revenaient toujours, comme « receive the fIfe » (reçois le feu) ou « you will see great and mighty things » (tu verras de grandes et puissantes choses). Des pleurs coulaient sans discontinuer sur mon visage… Cela pouvait-il être réellement vrai?
Qu’il y ait des enfants de 4 ou 5 ans qui s’agenouillent sur le sol en pleurant et prient pour d’autres enfants qui vivent toujours encore sur la rue? Ou qui se tiennent sur la brèche pour leur pays? Ou même pour mon pays? Là s’étaient rassemblés deux mille enfants qui célébraient Jésus ensemble et qui dansaient bruyamment pendant la louange, mais qui pouvaient tout aussi bien intercéder pour une chose précise avec ferveur et passion. Cela toucha mon coeur très profondément lorsque je vis comment ces enfants, des plus petits aux plus grands, se tenaient debouts les yeux fermés et les mains levées, afin de prier pour toutes sortes de choses et de situations. rai pu voir que pour ces enfants la prière n’était pas un devoir ennuyeux, ou quelque chose que l’on veut liquider le plus vite possible. Et on ressentait qu’ils savaient parfaitement qui ils priaient, et qu’ils aimaient et connaissaient ce Jésus. Il y avait visiblement une relation si vivante avec le Seigneur que mon propre désir de vivre cette amitié avec Jésus a augmenté fortement.
La vision derrière tout ce travail est qu’un jour chacune de ces jeunes filles devienne un leader, parte vers les nations et que le monde soit ébranlé par l’amour de Jésus. On peut déjà voir très concrètement l’accomplissement de cette vision chez ces « royal kids » (enfants du roi). Ce sont des jeunes filles qui conduisent l’intercession, qui animent la louange, qui transmettent des paroles et
des visions prophétiques, et qui prèchent. Les plus âgés de ces enfants se lèvent chaque mation à 5 heures et prient jusqu’à 8.30 heures. Les petits se lèvent à 6 heures et prient jusqu’à 7 heures. Le soir après l’école, ils ont à nouveau un temps de prière d’environ une heure, et la nuit différents enfants prient toujours de 21 à 23 heures (en particulier pour Israël). Et c’est ainsi chaque jour. Il n’y a pas de moniteur pour les enfants, mais ce sont les grands qui s’occupent des petits, et cela fonctionne à merveille.
Le dernier jour de la conférence, nous avons marché en 12 étapes différentes sur la montagne de Saint Thomas. C’est le lieu où l’apôtre Thomas a été exécuté lorsqu’il vint en Inde il y a presque
2000 ans pour parler de Jésus aux gens de là-bas. Douze pays étaient représentés pour lesquels on a prié aux différentes strations. Il s’agissait essentiellement de la culpabilité de ces pays envers les enfants et la jeune génération. A vrai dire il était prévu que les délégués correspondants nous présentent courtement les différents problèmes rencontrés dans leur pays; mais fInalement ce qui s’est passé est que le Saint Esprit a agi avec une telle puissance dans la plupart des stations que tous les gens étaient simplement à genoux, pleuraient et priaient pour le pays en question. Le
représentant du pays pour lequel on avait prié spécialement portait alors une grande croix de bois jusqu’à la station suivante, pour représenter symboliquement comme il porte sur ses épaules la charge de son pays. Arrivés au somment de la montagne, nous avons célébré tous ensemble un
culte. Ce fut très impressionnant de voir comment tous les pasteurs et les conducteurs des différents pays ont lavé les pieds des enfants. D’observer comment ces « grandes personnes » selon le monde se sont mises à genoux devant ces « petits sans importance » a beaucoup touché mon coeur .
Enfin de compte, ce fut un temps qui me marquera fortement, et que très certainement je n’oublierai plus jamais durant ma vie. Nous lisons si souvent dans la Bible l’importance que Dieu accorde aux orphelins et aux veuves. Mais de le voir de ses propres yeux donne encore une fois à ces versets une signification toute nouvelle.

Hanna Woiwode

 

Les commentaires sont clos.