Journées de jeûne et de prière pour la Suisse dans Bischofszell 2014

du 3 au 7 mars 2014

Cette année nous avons répondu à l’appel urgent de Dieu à prier et jeûner pour notre pays à Camp Rock (Bischofszell), dans le canton de Thurgovie. Après Andermatt dans le canton d’Uri (en 2012) et Aeschi dans celui de Berne (2013), la région choisie par Dieu fut cette fois la Thurgovie. Chaque fois il y avait une raison particulière pour choisir le lieu où nous devions aller vivre cette prière et ce jeûne. Le choix de Dieu pour cette année est en rapport avec le lion. Nous avions l’impression que nous devions regarder attentivement du côté du lion. Et le seul canton qui a un lion (respectivement deux) dans son blason, c’est la Thurgovie.
Une particularité fut que trois personnes qui s’étaient annoncées n’ont pourtant pas pu être présentes pour diverses raisons: une personne ne pouvait s’engager tout le temps, d’où notre refus; quelqu’un a été mortellement accidenté, et quelqu’un est tombé malade. Ainsi nous étions seulement un petit groupe de 18 personnes de 11 cantons différents et d’arrière-plans ecclésiaux très divers. Et comme tels nous avons jeûné, prié, proclamé, écouté et agi en lieu et place du corps de Christ en Suisse et finalement aussi pour la Suisse entière comme nation.
Voici maintenant quelques impulsions importantes, à notre avis. Des impressions de nos temps de prière, des révélations et des déductions vers lesquelles Dieu nous a conduits et qui pourraient être pour nous comme communauté pleines d’instruction.
– «Persévérez dans la prière, veillez-y avec actions de grâces » (Col. 4,2). Nous rendons grâce à Dieu pour chaque ouverture personnelle et pour tous les mouvements bénis de réveil qui se développent dans les communautés et les oeuvres de notre pays. Nous remercions aussi pour les voix prophétiques qui ne cessent d’appeler au changement. Et nous prions que ces voix ne soient pas réduites au silence, mais soient de plus en plus écoutées et prises au sérieux.
Le Lion de la tribu de Juda ne rugit pas seulement, mais il est ressuscité, il s’est élevé majestueusement et il est en route! Il réveille le zèle et il fera retentir son rugissement et son cri de guerre en nous et par nous (Esaïe 42,13). Cela Satan veut évidemment l’empêcher. Quelqu’un qui priait avec nous chez lui a vu dans une vision spirituelle un lion auquel on avait mis un noeud coulant autour du cou. Cette image est très parlante. On veut ou on a dompté le lion. On le mène en laisse, on le rend docile; on veut ficeler son cou pour qu’il ne puisse plus rugir. Le lion dans cette image est le Lion de Juda! Une illustration de Jésus-Christ, le Roi des Rois. Et nous, l’Eglise, nous tenons la corde autour de son cou. Nous avons attaché le lion, le roi, nous le tenons en laisse et l’avons rendu docile à nous – nous l’avons limité et nous en faisons éventuellement même une « parure »! Mais ce Lion de Juda, le Roi des Rois, aimerait être libre!! Libre pour nous aimer, libre pour habiter, vivre et agir en nous comme Lion et Roi. Pour cela il faut une décision de notre part et l’obéissance par amour pour notre roi. Nous avons alors libéré symboliquement et prophétiquement le lion de sa corde dans le jardin! Nous l’avons quasiment lâché!
– Déjà au cours de la préparation de cette semaine de jeûne nous avions la forte impression que nous devions prier pour chaque commune politique du pays. Ainsi pendant les veilles de la nuit, à l’aide du livret des numéros postaux, nous avons vraiment remercié pour chacune des localités de la Suisse, pour chaque personne née de nouveau, pour chaque communauté, et nous avons prié que le nom de Dieu soit sanctifié, que Son royaume se répande et que des hommes viennent à la connaissance de la vérité. Que Sa volonté soit faite, au ciel comme aussi en chaque localité et chaque commune, pour un réveil parmi son peuple; en demandant un porteur de bannière (intercesseur) pour chaque localité!
Retour au premier amour: tout d’abord nous sommes allés pour nous personnellement à la croix. Car là il nous apparait clairement que Dieu nous a aimés en tout premier lieu. Et de la connaissance de son amour pour nous s’éveille alors en nous l’amour pour Lui. Puis dans une prochaine étape nous avons prié la même chose pour les communes d’où nous venions. Et pour finir nous avons placé la grande croix sur la carte de la Suisse et avons prié pour l’Eglise du pays, pour qu’elle revienne à son premier amour.
– Si nous nous regardons objectivement aujourd’hui comme Eglise, et que nous lisons les récits du temps des Actes des apôtres, nous devons constater tout aussi réalistement, mais avec tristesse, qu’il y a un puissant fossé entre les deux. Comment est-il possible que nous soyons devenus si insensibles, si faibles, conformistes et comme du sel sans saveur? Il y a plusieurs explications et raisons à cela, c’est évident. Mais je pense que la véritable et principale raison de cette évolution a été notre séparation de nos frères et soeurs juifs, de nos racines (Romains 11, 17-18). L’Eglise purement juive du début, qui a suivi le Christ, est devenue d’abord une minorité par l’apport de tous les croyants greffés des nations, puis plus tard elle a été exclue, persécutée et mise à mort. Nous avons scié la branche greffée que nous sommes et avons cru être un nouvel arbre. Le résultat a été que nous avons perdu la liaison avec nos racines et ainsi que nous ne pouvons même pas vivre. Et c’est l’image qui se présente à nous lorsque nous nous considérons comme un corps entier. Sur cette thématique il y a aussi en Suisse une couverture de mutisme. Cela concerne le passé et se prolonge jusqu’aujourd’hui, et cela influencera encore demain, si cette couverture n’est pas enlevée. Nous avions une barrière de frontière qu’un membre du team avait apportée. Cette barrière servait de frontière et nous y avons placé deux personnes comme gardes-frontières suisses. Le reste du groupe avança alors vers ce passage de frontière. Nous avons mimé un groupe juif qui fuyait devant les nazis et voulait entrer dans la Suisse, en sécurité. Lorsque nous sommes arrivés devant la barrière et que la frontière fut fermée, quelques-uns ont commencé à pleurer sans gêne et le Saint-Esprit nous a conduits dans un temps de repentance. On ne peut pas simplement produire quelque chose de pareil, mais l’Esprit de Dieu a conduit les choses de telle manière que nous avons pu nous identifier avec la souffrance des juifs d’alors, et aussi avec la leur aujourd’hui (antisémitisme / antisionisme). Mais nous n’en sommes pas restés là. Après ce temps de repentance, nous avons ouvert la frontière et avons prié pour que nous nous tenions comme Eglise aux côtés des juifs et que nous soyons prêts à les aider si cela devait se produire encore une fois (ce dont je suis d’ailleurs convaincu). Et nous avons évidemment prié pour un état de veille dans l’église à ce sujet; pour une connaissance des intentions de Dieu avec son peuple et avec nous, et que son Eglise, comme « le seul homme nouveau » constitué à la fois des juifs croyants en Jésus et des croyants de toutes les autres nations, se forme enfin.
– ? Avec cette proclamation sur notre pays, nous avons achevé ces journées (voir ci-dessous).

Le lion de Lumière de la tribu de Juda est de nouveau en route! C’est pourquoi Suisse, Suisse, Suisse, écoute la parole du Seigneur qui est proclamée sur toi!

„Lève-toi, brille, car ta lumière paraît, et la gloire de l’Eternel se lève sur toi. Car voici que les ténèbres couvrent la terre et l’obscurité les peuples; mais sur toi l’Eternel se lève, sur toi sa gloire apparaît » Esaïe 60,1-2

W.W.

Les commentaires sont clos.