Tournée de prédication à travers l’Irlande 2015

du 19 au 27 mars  2015

„Progresser dans la responsabilité de l’appel des trompettes“

Nous étions invités par Lydia International (Irlande) et « Kingdom Seminars ». Le team directeur du réseau de prière Lydie/Irlande nous avait déjà cordialement accueillis en 2012 pour la sonnerie de trompettes, et il fut pour nous une grande aide et un encouragement. Ils ont reçu la vision de l’appel au réveil et ils ont présenté l’année passée notre DVD lors de leur conférence nationale annuelle de prière. Et cette année, au lieu d’une conférence, ils ont organisé cette tournée à huit différents endroits du pays. Et dans chacun de ces lieux on a montré d’abord notre DVD avec le message des trompettes. Ensuite j’ai pu encore parler, approfondir et développer le message, et inviter  à la prière. Nous avons placé l’appel au réveil dans une perspective plus grande pour expliquer dans quel temps nous sommes. Et pour cela nous avons lu Esaïe 42,13-16 comme illustration. Il est dit là que Dieu réveille le zèle de son peuple. Et que Dieu lui-même crie et appelle! D’abord  contre ses (nos) ennemis pour les effrayer et les chasser. Et aussi pour faire tomber les murailles comme à Jéricho. Ensuite Dieu crie, geint et gémit comme une femme en travail! Sur cette base j’ai sonné mon schofar à la fin de chaque prédication et ensuite tous ensemble serrés les uns contre les autres nous avons laissé Dieu crier par nous. Nous sommes convaincus que des murailles se sont écroulées et qu’à chaque endroit quelque chose va prendre naissance!

Dundalk, le 19 mars:  situé au nord-est, proche de la côte et de la frontière nord de l’Irlande. Un jeune couple pastoral avec une passion pour Jésus, Israël et le Royaume de Dieu nous attend. Environ 60 personnes sont venues de différentes communautés de la région. Un court moment d’adoration; puis le message du DVD. Ensuite je suis à nouveau libre de parler comme le Saint-Esprit me conduit. Et là j’ai saisi une fois encore la pensée de Jean 17,3 disant que nous devons connaître Dieu et Jésus. Que pense-t-il de nous? Comment te voit-il et me voit-il? Est-ce que son avis correspond au nôtre? Comme exemple j’ai apporté celui de Gédéon dans Juges 6. Gédéon pensait qu’il était le plus jeune, le plus faible et aussi le plus craintif de son peuple. Mais Dieu le salue avec cette formule: « Toi, vaillant héros ». Il voyait en Gédéon ce qu’Il voulait faire avec lui et par lui. Gédéon voyait toutes les impossibilités – Dieu au contraire toutes les possibilités. Un autre aspect dont j’ai parlé était notre aveuglement concernant « le seul homme nouveau » d’après Ephésiens 2,15. Dieu a abattu le mur de séparation entre les Juifs et nous d’entre les nations, et voilà que nous l’avons redressé aussi vite que possible. Pour terminer j’ai sonné trois fois du schofar et ensuite nous avons fait retentir le cri de victoire et le cri d’enfantement de Dieu; dans la foi qu’Il va faire naître quelque chose dans cette région et dans les participants (d’après Esaïe 42,13 et suivants). De nombreux et merveilleux témoignages, confirmations et encouragements sont venus après-coup de plusieurs frères et soeurs.

Dun Laoghaire, le 21 mars: l’organisateur ici est aussi la chaîne de prière Lydia/Irlande. Ils ont reçu l’autorisation d’utiliser ces locaux d’une communauté évangélique; mais le pasteur n’est pas présent. Nous ne savons pas non plus si des personnes de cette communauté sont présentes.  Entre 40 et 50 personnes de différentes églises de la région sont venues. C’est toujours important et réjouissant; notre ancienne connaissance Paddy est aussi présente. Et nous avons rencontré le catholique évangélique, comme il se nomme lui-même, qui avait participé à la semaine de prière à Auschwitz en janvier. Et lorsque pour terminer nous avons aussi sonné le schofar et que Dieu fit entendre par nous son cri de victoire et d’enfantement, c’est pourtant l’un des anciens de cette paroisse qui a dit l’importance (aussi pour sa communauté) que l’on sonne le schofar à ce moment-là! Alléluia! Quel encouragement.

Dublin, le 22 mars: aujourd’hui, dimanche matin, nous nous retrouvons pour le culte dans l’église « Open Door ». Oh! Quel mélange de noirs et de blancs, de familles et de célibataires, de jeunes et de vieux. Et quelle liberté dans l’Esprit! Au commencement on a lu et proclamé la Parole de Dieu. Puissante adoration avec des chants anciens et nouveaux. Des paroles prophétiques, des rêves et des images de diverses personnes. Sainte Cène. Fantastique! De pouvoir transmettre là le message des trompettes et quelques paroles complémentaires fut naturellement un plaisir immense et une grande joie. Et aussi la sonnerie du schofar, le cri d’enfantement et la proclamation commune du psaume 24, les versets 7-10, sont venus d’un seul jet. Et cela s’est vérifié une fois de plus: sitôt que des Africains sont présents, le tout prend une autre dynamique. Egalement typique pour eux: lorsqu’après le culte on s’est retrouvé pour le café, les biscuits et les discussions, les Africains se tenaient tous ensemble autour d’une table et ils étaient pleins d’ardeur pour la prière. Quelque chose de particulier: tout un clan de conducteurs qui avaient trouvé la foi avec leur « patriarche ». Une matinée forte et impressionnante. Merci Seigneur!

Dublin, le 22 mars: le soir, rencontre dans l’église de Noël Kenny, le pasteur auquel j’avais mis une Bible entre les dents en 2013 et sur lequel j’avais prophétisé. Il avait reçu au début de cette année une parole sévère pour l’Eglise d’Irlande. Malheureusement il prêchait  ce soir-là à l’extérieur. Miriam trouva toutefois qu’il était important de prêcher le message dans cette église et de sonner du schofar. Tout fut un peu chaotique. Nous avons trouvé le chemin grâce à nos demandes et nous étions sur place avant même l’heure fixée. Mais cela dura presque une demie heure jusqu’à ce qu’on nous laisse entrer. Puis il s’avéra qu’on ne pouvait projeter le DVD. Alors j’ai prêché le message des trompettes directement. Environ 25 personnes étaient venues, cette fois aussi de différentes communautés. Le message a touché les coeurs et tous, y compris un jeune couple, étaient pleins d’ardeur pour pousser le cri de victoire et d’enfantement et proclamer le psaume 24, les versets 7-10. Et le temps de prière spontanée qui a suivi fut un cri venant du profond des coeurs. Pour cette raison la soirée a été aussi un temps où la volonté de Dieu a pu se faire et nous sommes certains qu’elle portera du fruit.

Brittas Bay, le 23 mars: nous étions accueillis dans le groupe de prière de Miriam (10 à 13  femmes), qui se réunit chaque lundi depuis des années. Nous avons parlé de la prière et les avons fortement encouragées. Nous avons aussi sonné le schofar sur elles et prié pour une transmission de la foi. Nous avons vécu là un temps vraiment fort et encourageant de communion, dans un endroit merveilleux.

Le soir nous étions les hôtes d’un centre de réhabilitation de Teen Challenge, pour hommes et femmes (alcool et drogues). Il y avait de 40 à 50 personnes auxquelles j’ai donné mon témoignage. Wow! Génial! L’atmosphère était comparable à une scène de « Walk the line », lorsque Jonny Cash a donné un concert dans la prison Folsom…  Chez ces jeunes, ici aussi, j’ai sonné le schofar à la fin en vue d’une percée dans chacune des vies présentes. Une soirée très, très forte! Merci Père.

Waterford, le 24 mars: nous partons en voiture vers 11 heures en direction de Waterford. Le soleil brille. Traverser ainsi le pays et s’émerveiller devant ce superbe paysage est une joie sans pareille! Nous nous arrêtons dans une cabane touristique que Miriam avait réservée par internet. Le soir nous sommes les hôtes de la communauté Maranatha. Le pasteur, de 70 ans environ mais resté très jeune, nous accueille avec ouverture et joie. Il y a tellement de gens qui arrivent, plus que jamais auparavant. Et à nouveau, comme ailleurs, ce sont des frères et soeurs d’autres communautés de la région. Tous ceux qui viennent sont évidemment ouverts et pleins d’attente. Ce sont ceux qui en veulent plus, qui ne sont pas satisfaits de la situation actuelle. C’est pourquoi le message tombe le plus souvent dans des coeurs ouverts et les touche, augmentant encore leur attente. Ainsi tous sont disposés à sonner du schofar, à s’unir et pousser ensemble le cri de victoire et d’enfantement: fort, intense et long! Le temps de prière après la proclamation du psaume 24 aurait pu toutefois durer encore plus longtemps si le pasteur ne l’avait pas interrompu! Et pourquoi l’a-t-il fait? Afin de pouvoir encore boire le café et le thé et s’entretenir les uns avec les autres. Cela montre une fois de plus qu’on a besoin de se réveiller, par exemple comme ici, pour continuer de prier et ainsi réduire un peu le moment du thé. Cela viendra!

Cork, le 25 mars: il pleut maintenant, alors que nous pensions que le temps resterait sec et ensoleillé aussi longtemps que nous étions ici. Après un déjeuner rapide, nous conduisons en direction de Cork, tout au sud  de l’île. En chemin nous nous arrêtons brièvement dans le lieu où le film Moby Dick avait été tourné en 1954 avec Gregory Peck. Et nous regardons des photos dans le bistrot où l’équipe du film se retrouvait. L’après-midi nous rencontrons Anne, une amie agitée et encore jeune de Miriam. Elle nous conduit dans un restaurant au bord de la mer, avec une vue à vous couper le souffle. Dommage qu’il pleuve! C’est superbe quand même et le repas est fantastique. La soirée dans l’église « Radical Life Church » est aussi exceptionnelle. La salle est pleine à craquer (et il faut rechercher des chaises). Des frères et soeurs de nombreuses communautés différentes sont là.  Certains ont même fait 4 heures de voiture pour venir ici! Cela ressemble déjà à un réveil! Et ils sont pleinement présents. On le remarque à leurs visages attentifs; aux signes de tête,  aux alléluia et amen, aux pleurs, aux encouragements ultérieurs et aux cris de victoire venus du coeur.

L’après-midi j’avais encore un interview pour une radio chrétienne ( par téléphone, sur un chemin rural), pendant lequel Miriam parlait de Jésus à un paysan. Nous avons ensuite pu prier tous les deux pour lui. C’est bien!

Athlon, le 26 mars: nous sommes partis à 10 heures en direction d’Athlon, au centre de l’Irlande. Miriam avait l’impression que nous devions faire une halte au Château des Rois, un ancien centre de pouvoir spirituel et politique, pour y sonner le schofar. Retour à une foi authentique sous Saint Patrick; pour ainsi dire un retour à la Réforme. Le soir nous étions les hôtes de l’Eglise Riverlife. Là aussi des frères et soeurs de différentes communautés de la ville et de la région étaient présents. Après un temps d’adoration très puissant, le DVD avec le message des trompettes a été aussi présenté là. Ensuite j’ai placé ces paroles dans le cadre élargi connu. Avec l’aide d’Esaïe 42,13-16 j’ai montré en quel temps nous sommes. Après la sonnerie de schofar, nous avons laissé Dieu crier par nous. Le temps de prière qui a suivi est sorti de la profondeur des coeurs, et cela montra une fois de plus avec quel sérieux ces merveilleux frères et soeurs le vivaient.

Galway, le 27 mars: voyage de Athlon à Galway, ensemble avec Rosemarie, dans l’auto de Dougs. Après quelques incertitudes concernant le bon chemin, nous arrivons pourtant au Centre New Life où la rencontre a lieu. Le pasteur, originaire d’Afrique du Sud, nous avait appelés encore une fois pour nous dire que sa mère est en train de mourir. C’est la seule rencontre du matin, simplement pour que nous puissions repartir à la maison déjà à midi et passer la nuit à Dublin, à proximité de l’aéroport. Cela a eu pour conséquence que très peu de personnes sont venues, car la plupart travaillent. Miriam pensait cependant que ce n’était pas la seule raison, car les communautés ici ne veulent rien savoir les unes des autres. Ainsi nous avons fait la rencontre avec le couple pastoral, deux membres de l’église et nous quatre. Un record négatif. Mais nous ne nous laissons pas décourager. Au contraire. Après le message sur DVD, je parle de Gédéon. C’est comme si cette histoire était écrite pour nous. Ainsi nous sommes tous encouragés et sonnons le schofar, puis nous crions et proclamons le psaume 24, les versets 7-10. Aux prières on entend et ressent combien ils sont concernés et touchés, mais aussi extrêmement encouragés. Nous avons appris à connaître là un superbe chant irlandais: « Build your kingdom here », que tu peux écouter sur  www.youtube.com

De l’église nous conduisons à Galway, car l’impression est venue que nous devions sonner le schofar au centre ville. Notre accompagnatrice est une israélienne arabe. Nous avons rarement vu autant de jeunes qu’ici. Le centre de la ville était rempli d’écoliers et d’étudiants. Ce fut puissant et important de sonner ici pour une percée et de prier. Parmi les nombreux musiciens super, on ne nous a pas du tout remarqué! Puis retour à Dublin, dans un B+B, directement en face du port. Quelle vue splendide!

Dublin, le 28 mars: nous recevons un authentique déjeuner irlandais copieux dans cette petite auberge; tout a l’air si mignon et romantique. Durant le trajet pour l’aéroport nous observons longtemps un fantastique arc-en-ciel, parfois double. Pour moi c’est comme si Dieu voulait par là encore une fois nous encourager et nous dire: « J’ai entendu et rassemblé toutes les prières, et j’y répondrai et les accomplirai au temps opportun ». Cela correspond aussi parfaitement à la parole du jour dans le livret morave: Psaume 40,2! Quel privilège, quelle grâce, quelle joie! Merci mon Père, mon Seigneur et mon Dieu!
WW

Les commentaires sont clos.