Conférence internationale de la prière enfantine à Chennai en Inde 2015

du 6 au 11 août 15


Nous connaissons nos amis du Ministère des Royal Kids déjà depuis 8 ans. Après avoir participé à chacune des 5 premières années de cette conférence, je n’ai pas pu être présent ces deux dernières années. Cette fois nous voulions absolument être là, parce que ce ministère avait été fondé il y a 25 ans, ce qui était une raison particulière de rendre grâce et de se réjouir. Nous étions surpris de ce qu’il n’y avait pas autant d’hôtes étrangers que d’habitude. Le Père Anton, le fondateur et directeur de l’oeuvre, nous a expliqué qu’il n’avait invité cette fois-ci que des amis fidèles et de longue date. Donc pas de recherche d’un effet à court terme avec particulièrement beaucoup de responsables et de délégations connues, mais au contraire des frères et soeurs liés avec nous par une profonde et durable amitié et un partenariat.

Ce qui nous a aussi beaucoup réjouis a été de voir combien nos amis et avec eux tout le ministère entier se sont développés. Il y a manifestement la faveur, la bénédiction et la protection de Dieu sur toute cette oeuvre. Père Anton est un homme étonnant. Dieu l’utilise dans une mesure particulière, pas seulement en Inde, mais entretemps mondialement, comme visionnaire pour faire avancer le Royaume de Dieu parmi et par des enfants, tandis qu’ils adorent, prient pour les malades et les nations, et prêchent l’Evangile. C’est merveilleux de voir combien il est resté humble et que sa plus grande joie est de se tenir au milieu de « ses » enfants – et de pouvoir contempler leur transformation de l’état de déchets à celui de trésors (Trash to Treasure).

Si au début « seuls » des foyers et des écoles ont été fondés, maintenant des lieux de travail et des foyers pour personnes âgées s’y sont rajoutés. Des centres globaux (appelés SOT=School of Transformation) doivent voir le jour dans chaque état indien. Avec sur la même surface un centre professionnel d’affaires. C’est une vision énorme! Mais on n’a pas l’impression que quelque chose soit forcé ou qu’on exerce une pression. « Take it easy  – voyons loin au delà, le résultat ne doit pas être immédiatement visible. Vous les Occidentaux vous voulez toujours tout de suite; ça ne marche pas ainsi. On ne commence pas avec un bâtiment scolaire », nous disait Père Anton. « Tout d’abord nous n’avons pas besoin de bâtiment. Nous commençons sous un arbre, avec quelques enfants. Il y a assez d’arbres en Inde ». Comme déjà dit, un homme étonnant – avec une famille étonnante, qui est toute engagée à fond dans le service.

Etonnante aussi la manière avec laquelle nous avons été honorés. En premier lieu au début de la conférence, quasiment les premiers de quelques hôtes d’honneur. Ensuite la deuxième fois au cours de la conférence, de façon imprévue et sans préparation. Il y avait tout d’abord un temps de prière pour les nations représentées par une délégation. Je devais ensuite prier pour l’Allemagne et j’ai vécu, après un moment, un brisement total: larmes, douleurs et des hurlements sur l’Allemagne et la Suisse. Cela déclencha un temps très fort de prière et de repentance pour l’Europe, conduit par Brian Mills. Ce furent des moments très émouvants, et je pense des moments décisifs que nous avons vécus. Ensuite on a demandé à Regula et moi de venir sur la scène où des jeunes gens de différentes nations nous ont lavé les pieds. Anton pensait que comme parents spirituels qui avions lavé les pieds de plusieurs des enfants du Roi ces dernières années, maintenant, par reconnaissance et estime ces jeunes nous lavent les pieds à leur tour. Evidemment aussi un acte prophétique en rapport avec notre appel. Ce fut encore une fois un moment très émouvant et émotionnel.

Ce que la Mission Morave (Brotherhood-Mission) a réalisé pour libérer les petites filles (dès 8 ans) de la prostitution dans les temples est absolument incroyable. Au lieu de devoir se livrer à n’importe quel homme en l’honneur des dieux, elles apprennent à lire et à écrire, et elles chantent en dansant avec des yeux rayonnants en l’honneur de notre Dieu. Là où le prêtre effectuait les premiers actes sexuels avec ces jeunes filles innocentes, il y a aujourd’hui une grand croix. Le village entier va là-bas les vendredis en pèlerinage pour adorer. Vendredi passé 1000 personnes se sont rassemblées là. Comme le revenu manque maintenant à ces familles, il instruisent les mamans en couture – et pour qu’elles puissent obtenir ensuite un travail, ils veulent construire leur propre fabrique, … dans lesquelles elles coudront ensuite les uniformes de leurs propres écoles, à meilleur prix; ça signifie faire d’une pierre trois coups! Vous comprenez l’ensemble du projet? C’est génial! L’Inde, le pays des possibilités illimitées – lorsque Dieu est inclus; et ici c’est le cas!

Nous sommes vraiment très reconnaissants pour ce temps passé en Inde, avec des aventures uniques et des rencontres merveilleuses. Quel privilège de rencontrer et de connaître de tels frères et soeurs!

Werner et Régula Woiwode

 

Les commentaires sont clos.