Marche de Vie pour Israël – les témoignages

DÉCLARATION À L’OCCASION DU 70ÈME ANNIVERSAIRE DE LA FONDATION DE L’ETAT D’ISRAËL

PDF FR_Déclaration du Jour de l’Indépendance


Témoignage que Richard PITTET a reçu d’une per­sonne juive suite à la MdV:

Cher Richard

Hier était une journée où tous les Juifs et Israéliens qui étaient là, avaient les larmes aux yeux.

C’était une sincérité du cœur à laquelle nous n’avons pas du tout l’habitude. Certains ont dû quitter la mar­che, tellement ils étaient touchés… (les Juifs et/ou Israéliens n’ont pas l’habitude d’être soutenus et ai­més).

Il est difficile d’avoir des amis en dehors d’Israël qui nous soutiennent.

Merci à vous et à tous ceux qui ont porté ce témoi­gnage d’amour et surtout de soutient au peuple juif et à l’État d’Israël.

Je me réjouis de vous revoir pour collaborer ensem­ble. Amicalement. (…)

 


 
Témoignage Marche de la Vie pour Israël:
Direction

Le berger allait devant avec son bâton ! On savait clairement qui avait la direction du groupe ; et les indications étaient claires. Personnellement j’appréciais cela. Son team l’aidait à rechercher la route de la marche, à transmettre de temps à autre des exhortations, etc. Celui qui voulait se soumettre était le bienvenu.

Les impressions personnelles des participants comme nous étaient prises en compte et réalisées. Lorsque nous arrivâmes à Genève, les frères du comité ont repris la direction. Plusieurs choses ont changé , par exemple depuis là, plus de bannières ; cela fut indiqué clairement. Werner et son team étaient d’excellents modèles en ce qui concerne la soumission réciproque.

Hospitalité

On a été logé en privé chez des gens qui nous ont donné le meilleur d’eux-mêmes, avec dévouement et amour. Le vendredi l’une des hôtesses en France m’a amené à la prochaine hôtesse qui m’a souhaité la bienvenue en disant : « Voici la clef, voici ta chambre, et en haut la chambre pour le couple. Je ne sais pas si j’arriverai à temps à la maison. Là c’est la cuisine, … servez-vous ! » Après avoir passé la nuit je lui ai dit que mes amis s’étonnaient que des personnes étrangères puissent être hébergées ainsi chez des privés. Elle répondit : « C’est vrai, je ne vous connais pas, mais je connais votre chef », en indiquant du doigt le ciel!

De Coppet à Genève  –  „Je vous aime tous!“

« Quelqu’un ne comprend-il pas l’allemand ? » demanda Werner à la gare de Coppet. Une dame s’annonça, et R. d’Argovie, qui habite depuis longtemps en Suisse romande, était immédiatement disponible pour lui traduire. Nous avions ainsi une personne de Romandie ! A la frontière de la ville Werner a lu comme d’habitude le Psaume 24 ; Véronique, qui portait la bannière de Genève sur son dos le lut en français. Lorsqu’on lui demanda de nous dire encore quelques mots, elle ouvrit ses bras et dit : « Je vous aime », et encore quelque chose « Je vous aime tous » !

Les commentaires sont clos.