«Dieu a-t-il réellement dit?»


Genèse 3,1

La chute de l’homme a commencé avec cette question rusée et perfide. La méfiance a été semée et une récompense attrayante promise. La semence a levé et les fruits font leur l’effet jusqu’à aujourd’hui : la rupture de la relation d’amour unique et merveilleuse entre Dieu et l’homme.

Nous devons être au clair que cette question est encore aujourd’hui l’arme et la stratégie la plus importante de Satan pour troubler et détruire notre relation avec Jésus et avec le Père ; et que cette question n’est pas posée aux non-croyants, à ceux qui ne croient pas en l’existence de Dieu, car Satan n’a pas de problème avec eux. Il pose cette question à nous – les chrétiens croyants qui suivent Jésus.

J’aimerais vous montrer comment nous avons été tentés et induits en erreur par cette question jadis et continuons à l’être encore aujourd’hui.

La vie d’Abraham et de Sara est un cas d’école. Plusieurs fois ils ont reçu la promesse d’un fils qui serait donné à Sara qui avait 90 ans et était stérile. J’arrive bien à m’imaginer qu’ ils ont dû se poser la question à plusieurs reprises : « Dieu a-t-il réellement dit cela et l’a-t-il vraiment pensé ainsi ? » Toutes, mais vraiment toutes les circonstances parlaient contre la possibilité qu’un fils biologique puisse naître de Sara et d’Abraham ! Sans intervention de Dieu, c’était perdu d’avance. Mais pas avec Lui, car il a dit en Jérémie 32.27  « Je suis l’Eternel, … y a-t-il rien qui soit étonnant de ma part ? » Le fait que ces deux aient pris en main leur situation apparemment sans issue, parce qu’ils n’ont pas eu assez confiance, ni assez de persévérance,  a eu des conséquences problématiques dont on peut mesurer l’ampleur jusqu’à ce jour. Les conséquences de leur décision d’engendrer par la chair un Ismaël n’affectent pas seulement leurs propres vies, tout comme nos décisions ont toujours un impact sur la vie de beaucoup d’autres.

Je reste avec Abraham, mais je reviens à l’année 1996. Cette année-là, je lisais le passage de Genèse 13.17 « Lève-toi, parcours le pays en long et en large, car je te le donnerai». Pendant que je le lisais, j’avais la ferme impression que Dieu m’adressait ces mots personnellement en rapport avec la Suisse. Je devais traverser la Suisse en long et en large, et inviter des frères et sœurs à venir avec moi. Mais Dieu n’en restait pas là : tout de suite et sans concession, le Seigneur m’a donné les dates du début et de la fin de la marche. Nous dévions débuter la marche le 1er août (Fête Nationale) et la terminer le 21 septembre 1997 (Jeune Fédéral) sur la Place Fédérale à Berne. A ce moment-là je n’avais aucune idée si c’était réalisable. Aucune idée combien de kilomètres il y avait à parcourir, si le tracé allait traverser des cols et des montagnes, et si c’était possible de parcourir la distance dans le temps donné. Mis à part cela, on n’avait rien sur quoi s’appuyer. Aucune organisation, aucune mission, aucune communauté, personne ne nous connaissait, on était seuls, sans le sous, nous n’y connaissions rien et avions l’impression d’être incapables d’accomplir une mission pareille. Des candidats prédestinés à qui Satan pouvait poser sa question « Dieu a-t-il réellement dit ? »
A travers cette question de Satan, les difficultés, les doutes et le fait d’avoir peu de foi peuvent nous empêcher d’accepter les paroles prometteuses de Dieu et d’attendre le bon moment de faire notre part. Mais nous ne nous sommes pas laissés déconcerter ; nous avons cru et avons fait confiance aux paroles de Dieu, et nous nous sommes mis à Sa disposition.

Combien de fois ton Père céleste s’est-il déjà adressé à toi à travers la Bible, le Saint Esprit, par des paroles ou impressions prophétiques, au travers de tes frères et sœurs dans la foi, par des nouvelles, journaux, situations, etc. ? Et combien de fois la question a-t-elle refait surface : « Dieu a-t-il réellement dit ? ». Même si on ne l’entend pas audiblement, c’est ta vieelle-mêmequi donne la réponse. Tu ne crois pas. Tu ne lui fais pas confiance. Tu préfères essayer par toi-même. Repens-toi! Il est encore temps.

Il y a encore une autre façon d’induire en erreur par cette question. Satan connaît très bien la Parole. Le récit de la tentation de Jésus dans le désert nous en donne la preuve (Mt 4.1-11). La parole de Dieu est tordue et utilisée à mauvais escient, afin de justifier des actes impies et des vies loin de Dieu.

Par exemple, nous sommes consternés de voir combien l’Eglise est divisée sur la question de l’homosexualité. Les partisans du mariage entre personnes du même sexe, de la bénédiction à l’église de tels mariages, de pasteurs homosexuels, etc. le sont en s’appuyant sur la Parole de Dieu. Pour l’exprimer d’une manière simple: Dieu est amour, nous devons aimer notre prochain, et si on s’aime, peu importe que ce soit entre deux hommes, deux femmes ou entre homme et femme. L’amour est au-dessus de tout !

Oui, l’amour que Dieu a pour chaque être humain, cet amour est au-dessus de tout. Mais cela ne justifie pas tout ce que nous faisons. Il nous a dit clairement ce qui est juste ou faux de son point de vue. L’homosexualité est mauvaise, fausse aux yeux de Dieu et elle devrait l’être aussi aux nôtres. « Quel malheur pour ceux qui disent : le mal, c’est bien, le bien, c’est mal. Ils changent la nuit en lumière et la lumière en nuit. Ce qui est amer, ils le rendent doux. Ce qui est doux, ils le rendent amer“ (Es 5.20).

Lorsque le peuple de Dieu est entré dans le pays promis, Dieu leur a formellement interdit de suivre les coutumes impies des païens, par exemple l’homosexualité, qui en ce temps-là était vécue comme normale dans beaucoup de cultures (chez les Grecs et les Romains). Cela a changé dans et à travers le peuple choisi de Dieu. Plus tard, lorsque Paul prêchait, des gens ont trouvé la foi en un Dieu vivant, ils sont nés de nouveau, ils ont été remplis du Saint Esprit, ils ont changé de vie et ont abandonné de telles pratiques. Partout où l’Evangile a triomphé, des hommes, des sociétés et des pays entiers ont changé. Des lois ont été votées qui se basent sur les valeurs de l’Evangile. Pour cette raison, dans nos pays, l’homosexualité n’a été ni tolérée ni permise, et elle était punie par la loi. Plus récemment un revirement radical s’est produit et personne parmi nous ne semble s’y intéresser. Dieu a-t-il réellement dit cela?

« C’est pourquoi Dieu les a laissés suivre des désirs qui les couvrent de honte. Leurs femmes ne couchent plus avec des hommes, mais elles couchent avec d’autres femmes, et cette façon de faire va contre la nature. Les hommes font la même chose. Ils ne couchent plus avec des femmes, mais ils brûlent de désir les uns pour les autres. Ils couchent ensemble et c’est une honte. Ainsi, ils reçoivent eux-mêmes la punition que leur conduite mauvaise entraîne » (Rom 1.26-27).

Oui, Il l’a réellement dit et Il le veut ainsi ! Il nous appelle à aimer ces hommes, mais par leur style de vie ! Un autre exemple que j’aimerais aborder brièvement est la prière de Jésus pour l’unité en Jean 17.21. Est-ce que Dieu a vraiment dit :« Que tous soient un ! Père, tu vis en moi et je vis en toi. De la même façon, que tous soient un en nous, ainsi le monde croira que tu m’as envoyé ». Ce verset est souvent utilisé à mauvais escient, afin de prier pour l’unité entre diverses religions, dénominations chrétiennes et pour l’œcuménisme (l’ensemble des chrétiens et des églises). L’unité que Jésus mentionne ici est basée sur la relation entre Lui et son Père. Les hommes sont appelés à l’unité, mais celle-ci est basée sur une relation personnelle avec Jésus et le Père, et cela n’est possible qu’à travers la repentance, l’acceptation du sacrifice de Jésus, la nouvelle naissance, le fait d’être rempli du Saint Esprit et de donner sa vie pour suivre le Christ par amour. Si on ne devient pas un avec Jésus-Christ et le Père, il n’est pas possible d’arriver à l’unité dans la collectivité. Ceux qui sont unis avec Lui dans ce sens vont aussi devenir un les uns avec les autres, car Jésus l’a demandé au Père. Alors il n’y a pas de véritable unité selon la chair, même si nous sommes tous enfants de Dieu, mais c’est une union en esprit. Dieu l’a-t-il réellement dit, et l’a-t-il vu de manière aussi étroite ? Oui, je pense.

W.W.



Les commentaires sont clos.