Témoignage du voyage au Burundi

du 4 au 13 septembre 2019

C’est avec joie que je partage avec vous le récit de mon voyage au Burundi. Il y aurait beaucoup à raconter, mais ce qui compte est ce que Dieu y a fait.

a) Comment ça a commencé

Nos frères et sœurs du Burundi avaient lancé des invitations pour trois conférences : une conférence pour pasteurs au nord-ouest et deux conférences à Bujumbura, la plus grande et la plus importante ville du Burundi ; une pour la jeunesse et une autre pour les pasteurs. Werner avait été annoncé comme orateur et je me réjouissais de pouvoir l’accompagner à nouveau.

Deux jours avant le départ, le passeport de Werner n’était toujours pas arrivé. Je me suis alors adressé à notre Père céleste en lui demandant quelle serait Sa volonté si le passeport de Werner ne devait pas arriver avant le départ. Devais-je rester à la maison et utiliser ce temps libre pour travailler sur des projets urgents, ou bien devais-je partir seul ? Je sentais qu’un voyage tout seul n’était pas exclu d’office, ce qui m’a ramené à Dieu : « Père, qui suis-je pour parler lors d’une conférence de pasteurs ? Qu’est-ce que j’aurais à apporter à ces hommes et femmes bien plus expérimentés que moi ? » Il y avait aussi cette crainte que secrètement j’avais envie d’y aller pour me faire valoir : « enfin je peux montrer qui je suis » ou quelque chose du genre. Le Père ne m’a pas donné réponse, mais je sentais une demande de Sa part : « Es-tu prêt à y aller sur ma parole ? Est-ce que tu me fais confiance ? Ne m’as-tu pas exprimé ton désir que je te conduise, même si ça devait te coûter la vie ? » Dieu n’avait pas l’air de s’en faire, du coup je ne me prenais pas non plus la tête et priais en m’attendant à ce que Werner reçoive son passeport à la dernière minute. 

Une parole de notre frère et interprète du Burundi, Désiré, et la confirmation de Werner m’ont aidé à accepter simplement ce qui allait arriver. Le passeport n’a pas arrivé du tout,  mais ma femme Dagmar, Werner, Regula et d’autres frères et sœurs sont venu à la salle du Check-in de l’aéroport et m’ont oint d’huile. Ils ont prié pour moi et m’ont envoyé pour cette mission au Burundi. A partir de cet instant je n’ai plus ressenti de stress ou de peur et j’ai été rempli de la paix de Dieu.

En deux ou trois phrases, Werner m’a encore communiqué sur quels sujets il avait eu l’intention de prêcher. C’était par rapport à un livre qu’on avait lu les deux cet été. Ce livre allait être ma préparation à cette mission, pour moi personnellement et aussi concernant les thèmes sur lesquels j’allais prêcher.

Fatigué du voyage, j’ai passé le soir de l’arrivée dans la prière et la discussion avec le Père céleste. J’ai eu l’impression de devoir prêcher sur la prêtrise, sur sa signification au temps où Moïse avait instauré son frère Aaron et ses neveux en tant que prêtres, et sa signification en rapport avec Jésus et nous-mêmes. Ce thème est important à travers toute la Bible, du premier au dernier livre. Où devais-je commencer, où devais-je terminer ? Sans hâte ni pression j’ai simplement pu écouter, Dieu m’a donné des indications le soir même, puis le matin suivant.

Equipé d’une liste bien courte de thèmes et de passages bibliques, mais rempli de la paix de Dieu et de l’assurance de Sa présence, je me suis rendu au lobby de l’hôtel le moment convenu.

Ce que j’ai vécu les jours suivants ne se laisse que difficilement décrire.

Après des débuts timides avec deux témoignages et une introduction, le Saint Esprit a commencé à me diriger en « temps réel ». Il a suscité des questions que j’ai pu partager, m’a donné des illustrations, des nouvelles révélations à inclure dans les phrases suivantes. Mon cœur et ma bouche ont littéralement débordé. Désiré a pu tout traduire en Kirundi. J’étais tellement rempli de l’Esprit que je n’avais plus l’impression que c’était moi qui parlais.

b) Ce que Dieu m’a appris

J’aimerais résumer la profusion d’expériences de ces quelques jours en deux points:

1. « Or, à celui qui, par la puissance qui agit en nous, peut faire infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons, à lui la gloire dans l’église et en Christ-Jésus, dans toutes les générations, aux siècles des siècles. Amen » (Eph 3.20)

Ce n’est plus quelque chose dont j’ai juste entendu parler, mais j’ai pu le vivre. Dieu ne nous demande pas de comprendre Ses voies, ni d’y être préparé et certifié à la manière suisse. Mais si nous nous mettons à Sa disposition, sans conditions, Il se montrera fidèle. « Dieu est fidèle, Lui qui vous a appelés à la communion de son Fils… » (1 Cor 1.9)

2. „Car nous sommes son ouvrage, nous avons été créés en Christ-Jésus pour des œuvres bonnes que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions. » (Eph 2.10)

Dans la vision du nouveau temple et de l‘Israël renouvelé, Dieu a montré au prophète Ezéchiel un détail particulier concernant le ministère des prêtres : ceux-ci devaient porter des vêtements dans lesquels ils n’allaient pas transpirer. Traduit littéralement, il est dit que les prêtres ne devaient pas être « ceints de sueur ». La sueur est un signe d’effort humain et finalement de péché (voir Gen 3.19). Je crois que Dieu m’a fait comprendre ce que « marcher dans les œuvres qu’Il a préparées » veut dire : IL prépare les œuvres, IL prépare ses fils et ses filles, afin qu’ils puissent marcher dans les œuvres préparées en SON temps, dans SON repos, dans SA force, guidé par SON Esprit et les achever pour SA gloire. 

Comme mentionné avant, je ne me suis jamais senti sous pression pendant ces journées et je ne devais pas me préparer de manière structurée et détaillée – comme j’en ai l’habitude – ou même inventer quelque chose à partir de rien. Je n’ai jamais eu peur de me ridiculiser, et je n’ai pas eu l’impression de travailler, même si j’étais bien fatigué après mes interventions. Etre actif dans la paix de Dieu sans jamais quitter Sa paix. Je ne désire plus jamais faire autrement !

« La louange, la gloire, la sagesse, l’action de grâces, l’honneur, la puissance et la force sont à notre Dieu. Aux siècles des siècles ! Amen. » Apocalypse 7.12

Christian

Les commentaires sont clos.