Standards divins

allef-vinicius-unsplash.com

Lorsqu’on parle de standards, on parle de standards de vie, standards de formation, etc. On est bien conscient que ces standards peuvent varier et présenter de grandes différences, par exemple d’un pays ou d’une région à l’autre. Les gens qui ont accepté Jésus-Christ comme leur sauveur et roi, qui l’ont accepté dans leurs vies, sont devenus à partir de cet instant des citoyens du Royaume de Dieu ! Dans ce royaume ce sont les standards du Roi Jésus qui s’appliquent à tous égards. Ses standards ne sont pas secrets. Ils sont de notoriété publique et à tout moment consultables dans la Bible.

On ne peut pas nier que les standards de Dieu ont été perdus, même dans Son Eglise, et remplacés par des références qui, bien qu’elles sont largement reconnues et appliquées n’ont plus rien à voir avec les standards de Dieu. Ils ne sont plus qu’une piètre ombre des standards de Dieu.

Voici un exemple d’un standard de Dieu : une vie sans crainte !

« Il n’y a pas de crainte dans l’amour, mais l’amour parfait bannit la crainte, car la crainte implique un châtiment, et celui qui craint n’est point parfait dans l’amour » (1. Jean 4.18).

Le standard de Dieu dans son Royaume est que ses citoyens peuvent y vivre libres de crainte. (A ne pas confondre avec la « crainte de Dieu » qui nous est recommandée). Cependant ce que nous voyons, entendons et vivons est une Eglise et des disciples de Jésus qui se sont adaptés aux standards du monde. Ils sont remplis de craintes et de doutes et n’ont pas réussi à les dépasser. Beaucoup de chrétiens souffrent, tout comme ceux qui ne connaissent pas le Christ, de peurs diffuses : peur de la mort, de la maladie, peur de perdre, du rejet, d’infériorité, de l’avenir, etc.

Serait-il possible que nous ne soyons pas encore morts avec le Christ, comme cela nous est prescrit dans Romain 6,8 ? Et que nous ne soyons pas encore imprégnés de cet amour du Père qui chasse toute crainte ?  Il est clair que personne ne peut atteindre sur terre l’état idéal (le standard divin). Nous nous trouvons en chemin (Romain 12,2), un chemin qui est pavé de combat et d’entraves. Mais nous pouvons et devons faire la différence et montrer aux gens de ce monde ce qu’est une vie sans crainte. Rien ne peut jamais nous séparer de l’amour de Dieu (donc de Jésus et du Père), c’est ce qu’Il nous promet dans Sa Parole. Ne serait-ce qu’un « vœu pieu » ? Non, c’est et ça doit être une réalité dans notre vie quotidienne. Qu’est-ce que j’ai à perdre si je ne possède plus rien ? Ma vie (mon esprit, mon âme, mon corps) lui appartient. Mon conjoint et ma famille lui appartiennent. Mon église et mon ministère lui appartiennent.  Tout ce que je possède lui appartient. Pourquoi alors agissons-nous comme si c’était nos possessions que nous devions donc avoir peur de perdre ? Son standard est « si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi » (Gal 2,20). Donc « Ne crains rien ! »

Sa Parole ne nous laisse pas non plus dans le doute en ce qui concerne le standard de Dieu pour Son Eglise. Nous le voyons dans le travail de l’apôtre Paul : il a fondé des églises sur le fondement des apôtres et des prophètes, selon les cinq ministères. Il a nommé des anciens qui devaient avoir des traits de caractère bien précis. Nous pouvons lire comment ils ont vécu la communauté, se sont rencontrés dans les maisons et ont grandi de manière organique. Il y avait des règles claires concernant les juifs et les non-juifs dans l’Eglise. Les standards que nous avons dans la parole de Dieu ont été instaurés en ce temps-là par les apôtres avec l’aide du Saint Esprit (Actes 15,28).

Nous en avons fait quelque chose de complètement différent. Nous avons créé une religion (le christianisme), et l’avons coincé dans une structure et un bâtiment qui porte le nom d’ « église ».  Peu importe que ce soit catholique, protestant ou évangélique.

Jésus n’a pas voulu fonder une nouvelle religion ou avoir de grands bâtiments. Il voulait ramener les gens vers le Père. En ce qui concerne l’Eglise, nous avons abandonné Ses standards très tôt et érigé les nôtres. Il s’est imposé car il a été largement reconnu et accepté. Il l’est d’ailleurs toujours, bien que cette Eglise née selon des règles humaines, soit la pire persécutrice de  ceux qui veulent vivre selon les standards de Dieu (juifs comme chrétiens). On peut y voir une fois de plus que les standards du plus grand nombre ne sont pas nécessairement identiques aux standards de Dieu. C’est souvent un signe irréfutable que nous sommes sur le faux chemin, celui qui s’éloigne du Royaume de Dieu (Mat 7,13-14).

Alors que pouvons-nous faire, que ferait le Seigneur dans cette situation ?

Je suis profondément convaincu que c’est notre état actuel qui a amené le Seigneur Jésus à faire écrire ce message (la « Lettre à l’Eglise de Jésus-Christ »), de la faire traduire dans le plus grand nombre de langues et de l’envoyer à son Eglise Universelle. C’est un appel à revenir aux bases (aux standards) d’une vie rachetée, en tant que fils et filles ici sur terre, et puis pour toujours dans son Royaume éternel.

Nous avons déjà prêché ce message entre 2010 et 2016 dans plus de 80 nations du monde. Afin d’atteindre encore plus de personnes, le Seigneur nous a demandé d’écrire son message en forme de lettre. Pour le moment, ce message est disponible en 17 langues (anglais, français, espagnol, russe, hindi, arabe, roumain, finlandais, portugais, urdu, polonais, italien, grec, bulgare, néerlandais, suédois, kirundi). Parmi beaucoup d’autres, il y a une traduction qui fait cruellement défaut : celle en chinois. Est-ce que tu pourrais nous aider ?

Jésus nous a donné ce message en 2010 dans la région germanophone où nous habitons. C’est pour cela qu’il a été lu et proclamé à haute voix pour la première fois sur le ferry du lac de Constance le 1e septembre (voir article). Il devait se propager ensuite depuis cet endroit vers toute la région germanophone, puis se répandre dans toute l’Europe et ensuite s’en aller plus loin encore dans le monde entier. 

Comme la haine, la mort, la misère et l’exploitation coulaient de notre région vers le monde, nous voulons maintenant que la bénédiction sorte de chez nous. La bénédiction sous forme de Son message. Je te prie de le lire et de prier. Laisse-toi défier !

Tu peux télécharger le message dans toutes les langues disponibles sur notre site, et nous t’encourageons à le copier, l’imprimer, le distribuer et l’envoyer librement ! Un grand merci !

Notre prière est que nous retournions aux standards de Dieu et que Son message, repris dans cet exemplaire des nouvelles d’Abraham, puisse éveiller et renforcer le désir d’y revenir.

W.W.

Les commentaires sont clos.