Sonnez les trompettes en Andorre

andorra-flagge-rechteckig-70x105     loc_andorra

le 6 novembre 2012

Sans avoir de personne de contact, nous nous sommes mis en route en voiture pour Andorre. Nous étions curieux de savoir ce que Dieu avait préparé et avec qui nous sonnerions les trompettes. Peu après la frontière, nous avons fait une première halte et avons recherché une église. Il s’avéra rapidement qu’elle était fermée. Et à la va-vite nous n’en avons pas vu d’autre. Ainsi nous nous sommes rendus au bureau du tourisme le plus proche, où Werner se dirigea vers le conseiller. En quelques minutes l’employé connaissait aussi le message en entier et il était touché. A la question de savoir s’il accepterait de sonner les trompettes avec nous, il répondit toutefois négativement. Il n’aurait pas le droit de faire de telles choses pendant son temps de service. Il aimerait bien nous aider, mais ne savait pas comment. La seule église de la ville était fermée.
Maintenant nous étions là et nous nous demandions ce que Dieu avait préparé ici. Devions-nous rester ou conduire plus loin, à l’intérieur du pays? Après un temps de prière, nous étions unanimes: continuer. La route nous menait par monts et par vaux. Sur le qui-vive nous regardions alentour: où aller, Jésus? Ce fut une véritable aventure avec Dieu; pleinement confiants en Lui, qu’Il allait nous conduire au bon endroit. Ce n’est pas notre mandat, c’est le sien! Il ne nous laisse pas tomber. Tout-à-coup Werner conduisit au bord de la route, alors qu’il n’y avait pas la moindre habitation à la ronde. L’auto faisait de drôles de bruits…Après plusieurs prières, le bruit a disparu soudain, et nous avons pu continuer la route sans problème. Halleluia!
Nous avions presque dépassé le village, lorsque nous avons découvert sur une colline un clocher d’église. Nous étions unanimes: il faut y aller. Cette église était aussi fermée. Mais cette fois nous ne nous sommes pas avérés battus si vite. Il y avait juste à côté de l’église une école. Alors que Werner et Daniela se dirigeaient vers l’école, les autres sont restés vers les voitures et ont prié. Rayonnants de joie Werner et Daniela sont revenus et nous ont raconté que l’un des maîtres avait appelé le prêtre et que celui-ci s’était déclaré prêt à venir jusqu’ici. Mais tout cela n’était pas si simple, car les maîtres et le prêtre ne parlent que le catalan.
Peu de temps après une auto arriva à toute pompe et un homme âgé sauta de la voiture. C’était le prêtre. Halleluia. Avec des mots simples en espagnol, nous avons essayé de lui expliquer la raison de notre présence et ce que nous faisons. Il fit plusieurs fois des hochements de tête, jusqu’au moment où nous lui avons demandé s’il sonnerait les trompettes. Non! « Alors, seriez-vous d’accord de bénir ces deux hommes pour cela? « Si! ». Alors il prit de l’eau bénite dans l’église et il bénit avec celle-ci les deux trompettes, Werner et Jonas. Puis il nous fit comprendre que nous pouvions rester là aussi longtemps que nous le voulions – et il disparut.
Nous avions la bénédiction de l’église locale; alors allons-y! Ainsi furent sonnées les deux trompettes d’argent dans le 47ème état européen, par notre team pour la seconde fois. Réveille-toi, réveille-toi, réveille-toi!

Sarah Woiwode

 

 

Les commentaires sont clos.