Sonnez les trompettes en France

frankreich-flagge-rechteckig-70x105     loc_frankreich

du 30.9 au 02.10.12


A peine 48 heures après notre retour de Slovaquie, nous étions assis dans l’avion pour Paris. La France était la 43ème nation que nous visitions. Avec beaucoup d’enthousiasme et de joie anticipée, Ruth, notre personne de contact, est venue nous chercher. Suissesse de naissance elle vit déjà depuis 40 ans comme missionnaire en France. Après une copieuse collation, nous nous sommes précipités dans la cohue du métro, qui nous amena en plein coeur de Paris. Entre une église catholique et le Panthéon, symbole de la religion et de la raison, quelques 20 personnes s’étaient déjà rassemblées. Alors que Papi expliquait justement la vision des catastrophes et des sirènes, voilà qu’une ambulance passait à 10 mètres de nous, hurlant avec son avertisseur à deux tons. A la fin du message on pouvait voir d’après les visages affectés et les yeux mouillés que la semence était tombée sur un sol fertile. En même temps que sonnaient les trois coups de trompettes, les portes de l’église s’ouvrirent et les assistants de la messe affluèrent sur la place. Quel signe de Dieu que « les portes s’ouvrent, afin que le Roi de Gloire fasse son entrée » (Psaume 24,7-10)!
Ensuite nous avons été conduits par Ruth dans un restaurant, où nous avons apprécié la délicieuse nourriture française. Le jour suivant, équipés de lunettes à soleil et d’appareils photographiques, nous nous sommes mis en route pour le Sacré-Coeur, Montmartre et Notre Dame. Nous avons joui du beau temps et de la superbe vue, nous avons prié pour la ville et pour les visiteurs des « cavernes de voleurs ».
L’après-midi nous avons poursuivi notre périple en Bourgogne. Ruth et son mari possèdent là-bas une maison où deux de leurs enfants habitent, qui, avec leur conjoint, sont fortement impliqués dans l’édification d’églises de maison. Là aussi on a transmis le message de Dieu, sonné du schofar et prié. Après le souper nous nous sommes assis tous ensemble dans le salon, nous avons prié et célébré la Sainte Cène. Conduit pas l’Esprit de Dieu, mon père a lavé les pieds des quatre enfants et ma mère les a oints ensuite en prière. Des paroles prophétiques furent aussi données. Par les pleurs abondants il était facile de voir que ces paroles avaient touché la cible. Le lendemain nous avons passé nos dernières heures à Auxerre, une ville magnifique et riche d’histoire de la Bourgogne. Ruth, qui s’est révélée comme un dictionnaire ambulant, a pu nous livrer de nombreuses et précieuses informations que nous avons emballées de prières. Après avoir là aussi sonné le schofar devant l’église, on nous a ramenés à l’aéroport, tout heureux et contents; car là nous n’étions plus que sept!

Hanna Woiwode

souffler des trompettes Vidéo

Les commentaires sont clos.