Sonnez les trompettes en Slovaquie

slowakei-flagge-rechteckig-70x105     loc_slowakei

du 25 au 28.9. 2012


Des 50 nations européennes la Slovaquie était la 42ème que nous prenions en visée. Comment Dieu allait-Il remplir ces journées? Nous avions quelques points de repère, mais Dieu est toujours excellent pour nous surprendre!
Après de longues heures de conduite à travers l’Allemagne et l’Autriche, que, à mon grand étonnement je n’ai même pas trouvées désagréables, nous sommes arrivés vers le soir sans le moindre incident à notre hôtel à Bratislava. Comme si Dieu voulait nous conforter dans notre mandat: à peine avions-nous passé la frontière de Slovaquie, qu’Il nous a envoyé une ambulance (comme dans toutes les nations précédentes) avec son avertisseur puissant, qui fonçait à côté de nous. Elle était là de nouveau cette urgence sur le coeur de Dieu, afin d’attirer aussi vers son coeur cette nation et les hommes qui l’habitent, de réveiller le corps de Christ et d’allumer Son feu.
Le mercredi après le déjeuner nous nous sommes rencontrés avec Maria, notre personne de contact. Aujourd’hui nous avions un peu de temps pour visiter la ville de Bratislava. Nous nous sommes décidés à participer à un tour de ville sur un train touristique. Et ainsi confortablement assis nous avons parcouru les diverses curiosités de cette très belle ville. A la citadelle, d’où l’on a une vue superbe sur le Danube et la ville toute entière, nous avions la forte impression de sonner du schofar et de prier. Le fort vent qui soufflait là rendait difficile de pouvoir se tenir debout ou de faire quelques pas. Le vent de l’Esprit veut dans la même mesure souffler sur cette nation et en prendre le contrôle. Si nous sommes prêts à abandonner peur et contrôle, il peut nous conduire par des chemins divins à entrer dans la plénitude de Sa vocation pour servir des individus isolés et des nations entières.
L’après-midi nous avons exploré à pied une partie de la ville. A notre surprise Maria avait organisé une rencontre avec Henrieta Hruba, une importante journaliste de la ville et du pays, qui est aussi la collaboratrice directe du maire (elle écrit ses discours). Dans son bureau l’occasion a été donnée à Werner d’expliquer la vision qui est à la base de l’initiative des trompettes. On voyait nettement que chacun des mots tombait sur un sol fertile chez Henrieta, comme un message longuement désiré qu’elle notait avec des larmes dans les yeux, afin de n’en rien manquer. Henrieta rédigera ensuite un article qui sera publié dans le journal slovaque Aglow. Avant de nous quitter, nous avons encore prié pour elle et sa fille.
Le jeudi à 11 heures, Werner avait un rendez-vous avec Gabriela. Elle est employée de la station de radio nationale et responsable du domaine religieux. Dans un interview Werner a débattu de la demande de sonnerie de trompette, entretien qui serait ensuite diffusé sur les ondes ultérieurement. Cette rencontre fut aussi une bénédiction pour les deux parties.
La sonnerie de trompettes eut lieu le même soir dans le cadre d’une rencontre de prière. Le responsable attribua juste 5 minutes à Werner pour expliquer pourquoi nous traversons toutes les nations d’Europe et sonnons les deux trompettes d’argent. Avec une passion qui m’émeut toujours à nouveau et sous la conduite sensible du Saint Esprit, Werner résuma de façon succinte, mais claire, les points les plus importants. Trois fois les trompettes ont résonné et des cris de victoire ont suivi. Et à vrai dire cet appel de Dieu exige donc notre réponse: un arrêt de nos programmes spirituels et une nouvelle orientation vers Lui.
Pourtant là on a passé simplement au point suivant, car finalement il y avait encore tellement de demandes sur le programme, pour lesquelles il s’agissait de prier.
Une profonde tristesse et un regret montèrent en moi. Dieu partageait avec moi un peu de Sa douleur de voir que Ses enfants ne l’écoutent pas, qu’ils ignorent quand Il frappe à la porte de leurs coeurs, de leurs meetings, de leurs communautés, qu’ils laissent Jésus dehors et qu’ils passent à l’ordre du jour pieu habituel.
J’aimerai assurer le lecteur qu’il ne s’agit en aucune manière pour moi ici de condamner ou de juger. Je suis consciente que seul le Saint-Esprit peut faire agir en nous cet appel de réveil, dans nos vies personnelles, dans le Corps de Christ et dans les nations. Mais il y a une urgence que nous ne devons simplement plus négliger!
Ce que cet appel de Dieu provoque chez les personnes n’est pas de notre responsabilité. Nous, les services Abraham, avons un mandat qui nous conduira aussi dans les huit nations encore restantes. Puisse le Seigneur accorder Sa grâce et des oreilles et des coeurs ouverts, qui entendent et comprennent Son appel.

Karin Wipf

 

souffler des trompettes Vidéo

Les commentaires sont clos.