Préparez le chemin du Seigneur ! (Lc 3,4)

Merci à tous ceux qui se sont laissés appeler par le Seigneur et qui étaient présents le 18 septembre ! Nous continuons à prier pour que les promesses de notre Dieu Père se réalisent pleinement dans la vie de chacun.

Après quelques semaines et après avoir reçu quelques témoignages, nous aimerions vous donner un feedback de notre part. Si je dois répondre personnellement à la question : « Alors, comment était-ce ? Comment te sens-tu maintenant ? Es-tu reconnaissant, heureux, bouleversé, ou plutôt déçu, frustré, découragé ? » La gratitude est un des sentiment préponderants. Un émerveillement reconnaissant face au fait que Jésus nous a confié le précieux Évangile (1 Thess 2,4).  Au cours des 30 dernières années, nous avons déjà pu lancer plusieurs initiatives nationales et internationales. Et nous avons appris à ne pas faire dépendre le succès ou l’échec de tels événements de la réaction des gens (même si nous nous réjouissons bien sûr si les gens sont bénis par ces événements !) L’essentiel est que nous obéissions à Dieu et que nous fassions ce qu’il nous dit ! C’est en cela que réside déjà la gratitude, la joie et l’accomplissement. Bien sûr, nous aimerions tant voir et entendre comment le Saint-Esprit agit puissamment et que des choses se produisent, comme nous l’avons lu dans les Actes des Apôtres ou dans les récits de réveils. Cela reste certainement encore à voir. Si, d’autre part, Dieu lui-même dit. « Moi, le Seigneur, je le ferai ! », comme dans la parole prophétique de 1994, alors je peux soit lui faire confiance et le croire, soit ne pas le croire. Nous avons vu à travers certains témoignages (à lire dans ce numéro) qu’Il a complètement changé les cœurs et les vies. Personnellement, j’ai été si profondément touchée que je n’ai pas pu m’empêcher de pleurer pendant la neuvième heure. Un mélange de la douleur de Dieu face à notre état honteux et de Sa grâce imméritée, qui nous rassemble et nous offre la possibilité de nous repentir, en étaient entre autres la raison.

Mais peut-être certains participants sont-ils déçus, par exemple parce que l’évènement ne s’est pas déroulée comme prévu/espéré/désiré.                                                                                        

 -On aurait dû absolument confesser ceci ou cela.

-Le temps de silence était peut-être trop long pour certains.

-Qui a parlé, d’ailleurs ? Pourquoi aucun nom ?

-D’où a été diffusé ce livestream ?

-La prière de pénitence par procuration était trop longue.

-Je n’ai rien ressenti du tout.

-La qualité du son et de l’image de la transmission n’était pas bonne, etc. etc.

Tout cela et bien d’autres choses encore ont pu être tes pensées et tes sentiments. Parfois, nos attentes quant à la manière dont Dieu devrait agir sont le plus grand obstacle à la reconnaissance qu’Il est effectivement à l’œuvre, mais pas comme je l’aurais souhaité et imaginé.

Nous sommes bien sûr désolés que la qualité de l’image et du son n’ait pas été aussi bonne ou parfaite. Nous sommes partis du principe que l’image et le son seraient équilibrés et réglés de manière à être bien reçus par les récepteurs. Mais honnêtement, quelqu’un pense-t-il que l’action et l’intervention de Dieu en dépendent ? La perfection n’est pas une garantie ni une condition préalable à l’action de Dieu. Bien sûr, nous faisons de notre mieux à tous égards, ou du moins nous essayons. Qui voulons-nous donc impressionner par notre obsession de la perfection ? Notre Seigneur Jésus cherche des cœurs humbles et brisés qui viennent simplement et ouvertement devant Lui. Et c’est dans cette attitude que des milliers de personnes se sont réunies le 18 septembre et ont espéré, demandé, vécu ou vivent encore l’action du Saint-Esprit. 

L’image que Météo Suisse a publiée sur Internet le soir du 18 septembre (titre : « Le ciel brûle ») a été une forte et merveilleuse confirmation de notre repentance.  Dieu répond en effet aussi par des signes dans le ciel, entre autres par le feu, comme l’a écrit une sœur dans son témoignage (voir dans les témoignages). Nous ne montrons pas l’image ici, car l’effet n’est mis en valeur que par la couleur.

Il s’agissait pour le Seigneur de ce seul point décisif. A savoir, que nous soyons prêts à ne plus vouloir préserver notre vie.

« Celui qui veut sauver sa vie la perdra », dit Jésus (Mt 16.25) ! C’est là toute la différence. Si nous sommes prêts à mourir avec et pour Jésus, comme nous l’avons confessé et proclamé en Rom. 6,8 lors du repas du Seigneur, alors toutes les autres mauvaises attitudes, péchés, etc. prendront fin. En revanche, tant que nous ne confessons que quelques péchés et attitudes et actions erronées, mais que nous continuons malgré tout à vivre notre vie, rien ne changera. C’est ce qui intéresse le Seigneur ! « Ce n’est plus moi qui vis, mais Christ en moi ! » (Gal 2,20)

Et maintenant ? C’est tout ? Non, bien sûr que non. Nous devons et voulons nous aider, nous enseigner, nous instruire les uns les autres, afin que se produise ce qui est écrit en Éphésiens 4,11-16.

P.S. Une possibilité pour cela serait de venir aux « Journées de rencontre » (voir le dépliant sur le site www.dankbussbettag.ch) pour vous laisser équiper, dans une communauté chaleureuse et un environnement merveilleux.

Soyez les bienvenus ! W. et R. Woiwode

Les commentaires sont clos.